• Bonjour,

    Voilà , ici en Belgique le port du masque est passé à l'obligatoire dans certains endroits publics. Est-ce un bien , est-ce un mal ? certains disent qu'il s'agit d'un  retrait de la liberté des citoyens. Il y a une chose que je ne comprend pas : veut-on le contrôle sur l'épidémie ou alors la continuité de la propagation du virus ? 

    Je pense ,sans trop m'avancer, que nos citoyens préféreraient que ce virus ne soit plus qu'un mauvais souvenir. Alors ne faut-il pas se donner tous les moyens ? Bien évidemment mais comment y arriver avec une certaine sérénité si notre gouvernement n'est pas toujours clair dans ses prises de décisions . Un jour faite comme ci , demain autrement. Je pense honnêtement que c'est cela qui perturbe notre population qui ne sait plus vers qui se tourner pour trouver la vérité. Les scientifiques disent blanc, le gouvernement prend une décision autre ou alors en retrait de la pensée scientifique.

    Je crains hélas que c'est cela qui inquiète la population et la rend morose à l'égard de notre gouvernement. Il aurait fallu prendre directement la décision en ce qui concerne le port du masque dans les endroits publics et aussi prévoir ce fameux retour de vacances avant que celles-ci ne commencent.

    Toutes ces contrariétés ont amené les belges à douter de son gouvernement et c'est bien dommage.


    votre commentaire
  • Un retour tant attendu...

      Voilà les moments de déconfinement se succèdent et ouvrent  de nouveau la perspective à une vie plus ou moins normale. Mais qu'est ce qu'une vie normale après tant de péripéties , tant d'informations, de sur-information, voir d'intox au sujet d'une petite chose invisible à notre oeil bienveillant ou pas qui peut nous détruire moralement , mais surtout physiquement.

    Prendre des distances avec ce virus , alors qu'il nous a poussé à un retranchement derrière nos quatre murs sans pendant un certain temps composer avec l'air extérieur devant rester confiner dans ses appartements à tenter tant bien que mal de s'occuper l'esprit voir même le corps, mais surtout aussi de détourner nos enfants de l'ennui et de leur impossibilité de s'extérioriser au sens propre comme au figuré.

    Une année à coup sur qui restera gravée dans toutes les mémoires car personne ne pouvait s'imaginer être privé d'une telle liberté d'action, tant au niveau des plaisirs culturels ou sportifs que de nos devoirs professionnels ou autres. 

    Qui sommes-nous pour avoir résisté à cette absence de vie extérieure , si ce n'est des êtres censés et réfléchis, croyant à des jours meilleurs boostés

    d'un optimisme grandissant avec de meilleures nouvelles  face à la disparition progressive de cette bestiole dérangeante  et affolante pour certains.

    Vivre,  revivre surtout en essayant de voir disparaître de notre fort intérieur cette peur lancinante d'un retour en force de cette bestiole farouche , avec pour conséquence un nouveau confinement même temporaire.

    Chacun formule à sa manière ses propres prières pour que la vie soit de nouveau possible et conforme à nos désirs

     

    Retour à...


    3 commentaires
  • La Tristesse,

    Les derniers temps notre vie ressembla non pas à un champs de bataille mais à une mise en retrait vers l'inexorable exil des autres au quotidien et paradoxalement le rapprochement avec les siens , proches.

    Alors, pourquoi la tristesse, parce que cette vie là nous ne l'avons pas choisie , pour certain cela représente le bonheur , pour d'autres la proximité non désirée même avec les siens ne les transcendent pas toujours.

    Alors survient la tristesse non souhaitée, mais faisant office de catalyseur entre le temps passé avec les siens et la distance avec ses amis, collègues que nous ne voyons plus, sauf par le biais de la technologie du moment .

    Hélas cette tristesse s'empare de nous par intermittence car ce que nous voyons nous ne pouvons le toucher ce qui solidifie nos contacts amicaux et autres. Notre sens tactile est en berne, notre émoi se métamorphose en une sorte de peine, de tristesse inexplicable , inextricable; en somme c'est l'absence toute naturelle qui crée cette pandémie de caractère triste et médusée face à l'ampleur du désarroi du vide qui surgit par moment .

    Tristesse du moment...


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • DECONFINEMENT

     

    Eh oui qui dit confinement , dis aussi déconfinement . Dis quand viendras-tu nous délivrer de cet enfer du temps qui semble oublier d'avancer comme d'habitude. 

    Dis quand voudras-tu nous rendre le sourire de notre vie passée et peut-être aussi une vision de nouveau optimiste de notre vie parfois plongée dans une sorte de léthargie profonde et insipide.

    Quand viendras-tu nous dérider les zygomatiques et nous rendre un peu de notre bonne humeur, même si pour cela il faudra compter avec le temps car , quand quelque chose se détraque il faut un certain  laps de temps pour que tout revienne dans l'ordre.

    Mais seras-tu pareil ? Ou alors ressembleras-tu à une époque inconnue, une époque à réinventer ?

    Seul l'avenir nous le dira, nous conduira il peut-être à un meilleur monde emprunt d'un peu moins d'individualisme et à plus d'altruisme au sein de ce gigantesque tourbillon de la vie.

    Serons nous enfin plus enclin à de véritables relations équilibrées entre réelles et virtuelles; car si la technologie a un sens positif, elle peut parfois être source de contrariété, d'isolement tactile ou tout simplement d'une véritable écoute.

    Déconfinement  , nous t'espérons , nous te souhaitons bénéfique à nos relations humaines, amicales et familiales. Vivement que cela ne soit pas qu'un laps de temps indéfini avant une obligation à ta mise en quarantaine pour recadrer de nouveau ce malotru de virus qui nous porte sur les nerfs car nous contraint à nous retirer du monde extérieur .


    votre commentaire