• Bonjour,

    Aujourd'hui, pas trop d'idées d'article, mais si je ne fais plus d'efforts alors plus rien ne viendra de moi.

    Et quoi de pire que la stérilité qui s'installe et qu'on laisse lentement s'imprégner de tout son être.

    Alors j'essaie de me sonder et de savoir quoi dire aujourd'hui, de quoi parler qui puisse un tantinet 

    intéresser ceux qui ont la gentillesse de me lire.

    Je me creuse les méninges , mais le tunnel de l'angoisse  noir s'installe et ne veux pas laisser filtrer certaines émotions

    qui me perturbent en ce moment et qui m'obsède un peu, je dois bien l'avouer.

    Il s'agit du conflit qui anime deux de mes neveux.

    J'ai choisi la carte de l'objectivité et de la médiation entre-eux , mais aussi avec leur maman qui se trouve coincée 

    "le cul entre deux chaises."

    Mais ce qui me touche le plus je pense c'est d'entendre les mots absence de pardon un jour, rupture définitive avec mon frère;

    oui tous ces mots me font mal même s'il ne s'agit pas de mes fils, mais dire que son frère sera rayé de la carte de ses relations,

    c'est pénible pour moi qui n'est plus mon frère disparu il y a quelques années.

    Alors je dois admettre que nous sommes vraiment dans une époque où l'agressivité, les conflits,

    les rapports de force déterminent la vie  au quotidien de beaucoup de gens même au sein de sa propre famille qui

    n'échappent pas à la déflagration constante de sentiments qui ont bercés nos vingt-ans.

    Ce temps là est hélas momentanément révolu et aujourd'hui, je comprends mieux pourquoi j'ai l'impression

    d'être encore et encore un marginal de l'époque dans laquelle nous évoluons tant bien que mal, un homme 

    a la  recherche de sentiments qui paraissent dérisoires, voire obsolètes pour beaucoup 

    de mes concitoyens et autres personnes vivant sur cette planète, à notre époque.

    Alors le seul moyen pour que les choses ré évoluent c'est peut-être de vivre simplement 

    au jour le jour et surtout de continuer à être soi-même , car je refuse de me laisser formater 

    dans cette spirale de la violence parfois surfaite aussi par une sur information de médias

    qui n'ont aucun scrupule a déformer la vérité de certains événements pour créer un scoop

    qui améliorera leur audimat.

     

    Croire encore en un monde meilleur reste possible à condition peut-être de ne pas se résigner face à tant 

    de différences avec notre propre imaginaire.

    Bon dimanche à tous Bisous a++ Dominique yes

     


    11 commentaires
  • Bonjour,

     

    Comme vous le constatez je suis entrain de changer de look à mon blog.J'espère que je trouverais l'idée d'une image sympa , ainsi que des couleurs intéressantes pour moi prendre quelques distances avec un passé récent.

    Oh je sais il ne suffit pas de changer les apparences pour que le fond disparaisse. Bien sur que non, mais se reconstruire , c'est peut-être commencer avec des petites choses , retrouver un de la nouveauté . Ca n'effacera pas le blues qui parfois perdure en moi une journée entière: je me lève avec et je me couche avec, le lendemain est un autre jour, différent et parfois nettement moins morose, moins mélancolique.Alors j'en profite pour essayer de me réinventer une nouvelle vie pour combler un futur que j'espère différent, riche d'autre chose que de douleur ou de mésaventures. Mais c'est vrai que depuis quelques semaines il est parfois bon d'éteindre son poste ou d'oublier un peu d'allumer sa tv au journal télévisé car là aussi les nouvelles du monde ne sont pas toujours très heureuses.

    Dans quel monde vivons-nous, vers quelle destinée ce monde chaotique va-t-il basculer? Je ne sais pas , mais tout ce que je sais c'est que je ne reconnais plus le monde de mes vingt ans, monde dans lequel espoir et bonheur se conjuguaient avec liberté et joie vivre

    Je sais qu'il faut évoluer avec son époque mais il y a des limites auxquelles je ne pourrais jamais m'y frotter.
    J'étais considérer comme un pauvre idéaliste , il y a 30 ans ; un marginal à deux balles, mais nous ne prônions pas la haine ,l'intolérance ou l"enrichissement de la différence. Alors sans doute qu'il reste au fond de moi une petite voix qui me dit que je dois encore être au sein d'une image de marginal Mais peu importe...

    Bonne soirée à tous Dominique a++sarcastic


    8 commentaires
  • Bonjour,

    Et oui, c'est la première fois que je passe un dimanche seul, chez-moi.Quand c'était pas avec mes parents, c'était avec une de mes compagnes, ou avec l'un ou l'autre de mes amis. Je n'écris pas cet article pour me plaindre ou gémir sur mon sort, mais je dois bien reconnaître que cela est un peu bizarre, étrange.
    Alors une question me vient tout naturellement à l'esprit : pourquoi sont-ils partis ? Je sais que quelques larmes n'y changeront rien. Le silence sera vraiment là chez-moi, en moi. Alors tout le monde me dit , il faut reconstruire ta vie, sortir , aller à la rencontre des autres. Oui je sais , mais je sais aussi que je me sens bien fatigué , las en ce moment d'espérer en quelque chose qui peut-être n'arrivera plus.
    Alors pourquoi sont-ils partis si loin, là où je ne peux plus les atteindre ? Le silence , la méditation sont parfois génératrices de ressourcement interne, mais aujourd'hui ils sont lourds à porter.

    Bon dimanche à vous  Bisous a++ Dominique


    9 commentaires
  • Bonjour ,

    Voilà que la partie administrative va bientôt se terminer pour moi et mes soeurs et puis ce sera au tour du notaire d'exercer sa profession et d'ici quelques mois , nous irons signer la fin d'une partie de notre histoire familiale. Le socle de la vie s'est éteint et nous devons continuer de vivre tant bien que mal.
    Heureusement que la mémoire continue de les faire vivre d'une certaine façon car administrativement cela se termine aussi définitivement.
    Maintenant je sens que l'anesthésie de l'effervescence des démarches et des adieux , nous plongeant dans une espèce de monde parallèle s'étiole peu à peu et la douleur de l'après commence à se manifester et à s'incruster dans toutes les parties de notre corps: oui, l'absence est bien là au quotidien de la vie, et cela fait mal, parfois très mal. 
    Il faut que le temps oeuvre maintenant , mais combien de temps cela prendra-t-il ?Ca personne ne le sait...

    Bisous et bon dimanche à tous . 

    Dominique


    15 commentaires
  • Bonjour ,

    Ca y est les dernières choses viennent de quitter la demeure de ma maman Ce vide absolu traduit la fin d'une grande partie de notre histoire familiale.Les derniers meubles de notre vie d'enfant chez mes parents dans notre maison de gosse viennent eux aussi de prendre des chemins divers.
    Une partie de notre vie s'en est allé; Il est parfois bon de ne pas trop se retourner sur le passé, mais aujourd'hui que
    me reste-il pour apaiser l'absence qui commence  à se faire amplement ressentir après la fin de toutes ces démarches
    administratives et autres.
    Un autre chapitre de ma vie s'ouvre .Arriverai-je a y inscrire ou pas quelque chose d'intéressant ?

    Seul le temps répondra à cette question. Merci à vous mes amies d'être là. Car le simple fait de savoir

    que vous existez et que je peux m'adresser à vous me réconforte au moment ou la douleur de l'absence se fait ressentir

    d'une manière plus dure.
     Bon dimanche Bisous a++ Dominique oops 


    6 commentaires